Quelles sont les procédures pour louer un logement meublé qui était nu ?

Les propriétaires-bailleurs peuvent légitimement se poser la question du choix entre un bail de location meublée et un bail de location vide. Si, en qualité de propriétaire-bailleur, vous vous rendez compte que la location meublée est plus intéressante pour vous, rassurez-vous ! Depuis l’ordonnance du 8 juin 2005, il est tout à fait possible de transformer une location vide en location meublée. Sigma Conseils Associés, situé près de Lille, vous conseille sur les procédures à suivre pour louer un logement meublé qui était nu auparavant. Le conseil et l’accompagnement des particuliers sont également le quotidien de notre profession d’expert-comptable. La loi Macron de 2015 a réformé la profession. Cette loi a considérablement boosté ces missions.

Les avantages de louer un logement meublé

Les experts-comptables de notre cabinet s’occupent de la gestion comptable, fiscale, sociale des loueurs de locaux nus et meublés. En contrepartie du mobilier fourni au locataire, de façon évidente, le loyer des logements meublés est plus élevé que celui des logements vides.  Le cabinet s’occupe également des classiques déclarations de revenus et d’impôt sur la fortune immobilière (IFI).  Ces derniers connaissent un essor ces derniers temps par des avantages indéniables. La durée du bail d’un an est renouvelable contre 3 pour la location nue. Les loyers sont plus chers et la fiscalité est souvent plus avantageuse par l’amortissement de l’immeuble. Le sujet est vaste mais l’attention est portée uniquement sur la décision du contribuable de transformation d’un logement nu vers un mode de location d’une habitation meublée. Le principal changement comptable et fiscal réside sur l’amortissement du bien. Il va permettre de baisser fortement l’assiette d’impôt sur le revenu.

Louer un logement meublé fiscalement et comptablement

L’amortissement est une notion comptable qui vise à constater une charge comptable et fiscale. Cette notion permet de tenir compte de la perte de valeur d’un actif immobilisé. Il convient alors “d’apporter” l’immeuble à l’actif du bilan de l’entreprise individuelle d’exploitation de la location meublée. Cet apport, comme le précise le Bulletin Officiel des Impôts, doit être réalisé pour la valeur réelle de l’immeuble. C’est-à-dire sa valeur vénale au jour de la transformation en location meublée. L’amortissement pourra être réalisé sur cette même base. Le bien aura pu prendre de la valeur depuis l’acquisition et après la période de la location nue. Cette charge d’amortissement annuelle devra alors être calculée en fonction de la durée prévisible d’utilisation du bien par l’exploitation de la location meublée. Ce calcul sera effectué selon le régime classique par composant. Il convient donc de décomposer l’immeuble pour calculer les différentes durées d’amortissements.